lundi 11 avril 2011

Dans la cuisine bleue...

Mama : Chéri, aujourd'hui, j'avais pas beaucoup de travail, alors j'ai eu beaucoup de temps pour penser...

(Visage crispé de l'homme qui craint le pire quand sa femme a trop de temps pour penser.)

Mama : ... j'ai eu plein d'idées pour la cuisine... Tu m'écoutes? J'ai pensé qu'on pourrait changer le four de place, le mettre ici, là où il y a un espace perdu. Au lieu du four, on mettrait un grand garde-manger, ce qui nous permettrait d'arracher les armoires bleues dans le fond de la cuisine. Ça ferait plus de place pour la table. Et puis, on arrache aussi le plancher pour revenir au bois. Et puis une nouvelle hotte. Je promets, juré craché, sur la tête des enfants, que si tu m'installes une belle hotte silencieuse, je vais l'utiliser à chaque fois que je cuisine, les X comptent pas, ni avant ni après. Et puis, on change le comptoir, les poignées, le dosseret, et puis, c'est tout. Ah oui! On change aussi la table de cuisine. Bien sûr.

Homme: Ouain, dit l'homme avec un soupçon d'enthousiasme dans la voix. Ça pourrait marcher.

Pré-ado (avec un voix morne): Moi j'ai une idée. On change rien du tout.

Rosanna: Non, moi je SAIS! s'exclame-t-elle. On peinture tout en ROSE!

Préado: Ah. Non! Rosanna, franchement!

Achille: Ouain, franchement, Rosanna.

Rosanna: On peinture aussi des FLEURS ! Toi, Victor, si tu veux, tu dessines des Transformers sur les murs!

Préado: N'importe quoi!

Achille: Ouain, n'importe quoi!

Préado: Achille, arrête de répéter ce que je dis!

Mama: Victor, sois poli avec ton frère.

Homme: C'est un bon plan. J'y avais déjà pensé. Mais t'as pas envie d'arracher les armoires bleues?

Mama: Une fois que le comptoir bleu, le dosseret bleu et les cache-néons bleus seront enlevés, ça ne sera pas si pire. Elles sont pas vraiment bleues, les armoires. Bleu pâle. Presque gris au fond.

Homme: Sont bleues, Madeleine.

Mama: Et puis, j'ai pas envie de mettre 5000 $ sur des armoires. Je préfère faire un voyage avec cet argent-là. Faire des activités. Plus de ski. Acheter une tente-roulotte.

Homme: C'est ta nouvelle philosophie? Moins d'argent sur la maison, plus d'argent dans les activités?

Mama: Oui, c'est ma nouvelle philosophie.

Homme (qui se montre particulièrement conciliant): J'comprends... Mais sont tellement laides les armoires bleues... J'ai vraiment juste envie de les arracher...

(Moment de silence. Tout le monde réfléchit les yeux rivés sur le bleu, tout le bleu, partout du bleu dans la cuisine bleue.)

Rosanna, en s'exclamant: Je SAIS! On peint les armoires en ROSE!

Mama (qui vient de prendre un gorgée d'eau): Pfffffff!

Préado: Ark, maman, tu m'as craché de l'eau dessus! Dégueu!

Achille: Ouain. Dégueu!

********************
Et où était Léopold pendant cette réunion au sommet pour décider du sort de la cuisine bleue? Dans sa chambre qu'il était.

Parce que, Léopold, c'est un EM-MER-DEUR.

Il crie, il lance la nourriture, il fait le zouave, il pousse son assiette, puis réclame en hurlant de l'eau, qu'il verse sur la table.

Alors l'homme en a eu marre. Dans ta chambre, l'emmerdeur.

Il y a passé la soirée, d'ailleurs. Parce qu'à chaque fois qu'on l'en sortait, il repiquait une crise.

Dans ta chambre, minus, on a des choses à régler.

Tu en sortiras quand tu auras trois ans.

5 commentaires:

Rosemarie a dit…

Excellent. Très comique. Et courage pour l'emmerdeur. C'est bientôt son anniversaire...

Madeleine a dit…

Si au moins, miraculeusement, il changeait le jour de ses trois ans!

Annie a dit…

Ah Je reconnais ton talent de fin stratège => le convaincre que c'est LUI qui a eu l'idée d'arracher les armoires hein?

Futée...

Madeleine a dit…

Annie: Mon homme lit le blogue! Tu ne pourrais pas restée muette sur mes stratégies? Solidarité féminine quelqu'un?

Quelquepart a dit…

Ok, je lis ceci un peu en retard, mais ça m'a fait rire. Et puis, quand cette entrée de blogue a été écrite, je ne vous lisais pas. Ça compte, non? Et puis c'est agaçant quand on voit que des gens ont lu des vieux articles et qu'on ne sait pas ce qu'ils en ont pensé. Entéca, ça m'a fait rigoler... et rêver d'une nouvelle cuisine.