mercredi 8 juin 2011

Portes battantes

Parfois, je me demande vraiment pourquoi on a une porte pour entrer dans la salle de bains dans ma famille.

J'ai beau la fermer quand je me rends au cabinet, elle s'ouvre systématiquement quelques secondes plus tard. Parfois, j'y crois à mon petit moment seul. Le soir, par exemple, quand les enfants sont couchés, je ferme la porte derrière moi. Je saute dans une bonne douche chaude, convaincue que j'aurai quelques minutes de paix après une longue journée pour me détendre. Et puis, toujours, quelqu'un entre. "C'est qui?" je demande. Et j'entends un petite voix qui répond:"C'est moi! J'avais envie!". Et puis, après avoir minutieusement, et pour une fois, tiré la chasse d'eau, la petite personne ressort en laissant la porte béate derrière elle, par où pénètre la fraicheur du dehors dans mon petit sauna.

Parfois, quand je suis dans la douche, je les entends crier de l'autre côté. Sont certains que ce qu'ils ont à dire est de la plus haute importance. Ouais. Genre : " Mamaaaaaaan! Victor veut pas me prêter son Devastator!" Et si je ne réponds pas, ils entrent, ouvrent mon rideau pendant que je me savonne les cheveux : " Maman. C'est parce que Victor veut pas me prêter son Devastator."

Toujours la même chose.

Pourquoi tu ne barres pas la porte? vous demandez-vous. Pfff. Ça sert à rien. Savent très bien l'ouvrir, la porte. Juste à côté, il y a une "clé", c'est-à-dire un petit bâton à brochette. Ils savent très bien s'en servir pour ouvrir une porte malencontreusement verrouillée. Le savent, parce que, ben, c'est moi qui l'ai mise là la clé, parce que desfois, oui, seulement desfois, il faut que j'ouvre cette foutue porte verrouillée de toute urgence.

C'est arrivé l'autre soir, alors que ma soeur était venue souper et que j'allais la raccompagner. Mon homme était dans la douche. Alors j'ai débarré la porte pour lui dire: " Chéri. Je vais reconduire ma soeur." Mais c'était très important, tu vois. C'est toujours important ce que j'ai à dire.

Des portes battantes que ça prendrait sur notre salle de bains. Comme dans les films western.


Tiens, Annie, toi qui rénove ta maison, dis à ton entrepreneur d'oublier les portes sur les salles de bains. Tu sais aussi bien que moi que ça sert à rien. Je viens de t'économiser un petit 100 piasses. Aurais-tu besoin d'un permis, tu crois?

*******

C'est quelque chose, quand même, dans une grande famille, la gestion de la salle de bains.

C'est pas toi, Annie, qui m'avait parlé du "Big flush down" dans les villes? Entre 18 h et 20 h, il en passe dans les aqueducs. C'est comme ça chez nous, après le souper. Ça entre, ça sort de la salle de bains. On brosse les dents, on prend les douches, on fait tous ses besoins, on revient une deuxième fois.

Remarque, y'a pire. Tu sais, l'occupation de la toilette au mauvais moment. Genre, t'es sur le point de partir quelque part, déjà en retard, et il y a immanquablement un enfant qui s'exclame : "J'ai envie de caca!"

Une fois, j'ai entendu mon homme lancer à un enfant : " Ça fait deux jours que tu fais caca à cette heure-là. Ça marche pas, c'est pas un bon moment. Va falloir que tu le reprogrammes!"

Ouain... Plus de porte et un horaire familial pour les ablutions. Ou le "shit, shower and shave" comme disent les Anglais.

*******

Remarque que, c'est une belle métaphore de la vie. Les portes battantes, je veux dire. T'en ferme une et une autre s'ouvre.

C'est comme ça, c'est jours-ci, pour moi. J'ai quitté un emploi pour en essayer un autre. Et puis, ça n'a pas fonctionné. Alors j'ai flushé cet autre emploi pour devenir pigiste. Et les portes, elles s'ouvrent depuis.

Je ne sais pas si je vais aimer la vie de pigiste. Jusqu'ici, tout va bien. Mais je dois retrouver ma discipline. Parce que c'est bien facile de remplir ma journée avec plein de petites choses à faire: inscrire la famille au RAMQ puisqu'on n'a plus d'assurance, aller faire des clés pour la femme de ménage, aller au bureau de poste. Facile de même tu te remplis une journée avec trois fois rien. Tellement que, je me demande déjà comment je faisais, quand je travaillais à l'extérieur de la maison. Y'a même pas trois semaines et j'ai déjà oublié.

Tout ça pour dire que je vais devoir me faire un horaire pour ça aussi.

Tu vois le thème de ce billet? Les portes, les horaires, le caca.

Ça se résume pas mal toujours à ça.

5 commentaires:

Célia a dit…

Vive Excel !

Quelquepart a dit…

C'est pas ça que les anglos appellent être "anal"?

La Belle a dit…

J'avais jamais pensé à ça comme ça ;-) Toujours agréable de vous lire!

Madeleine a dit…

Oui, Excel pour la construction d'horaire en effet!

Je crois que anal pour les Anglais, ça veut "très axé sur les détails"ou très à cheval. Comme dans avoir un ballet dans le.

Contente que ce billet de n'importe quoi plaise quand même!

Annie a dit…

Le Big Flush Down, c'était un super article sur les égouts de New York. J'essaie de te retrouver la référence, mais je n'y arrive pas. Je vais te photocopier l'article!

Dans ma Maison de rêve™, on va avoir tellement de toilettes que mes enfants ne sauront jamais dans laquelle je serai vraiment *héhé*